Marine Zonca is a french artist, she lives and working in Lyon.
She holds a BFA from Lyon Fine Art school. She does sculptures, installations, drawings and writing.
Her artwork explores the design of self-representation from images, objects and environnements in contemporary world since technology, media and neuro-psychology revolutions. She tried to experiment our empathic relationship with objets and machines with a sensibility as animism or Uncanny.


Marine Zonca est une artiste française, elle vit et travaille à Lyon.
Elle est titulaire d'un DNSEP de l'école des Beaux-Arts de Lyon. Elle réalise des sculptures, des installations et des dessins.
Son travail artistique explore la conception d'une auto-représentation à partir d'images, d'objets et d'environnements dans le monde contemporain depuis les révolutions de la technologie, des médias et de la neuropsychologie. Elle a essayé d'expérimenter notre relation empathique avec les objets et les machines avec une sensibilité comme l'animisme ou l'inquiétante étrangeté.
























Emptiness - whiteness
to project,

universal language of code,
haptic memory of the hand.











Sa démarche artistique pourrait être résumée de schématique-tactile, car dirigée par l'oeil géométrique et l'épiderme aveugle.
Sur un mode expérimental scientifique et dérisoire-ludique, son activité est une tentative de tester les limites de couple tel que objet/sujet, réalité/virtuel, vie/mort, féminin/masculin... Aimerait réconcilier des termes comme
« conceptuel » ou « hermétique » avec « imaginaire » et « magique ».
Ou encore « abstrait » et « minimal » avec « pratique » et « intuitif ».


Her artistic method could be tell schematic-tactile, because directed by the geometrical eye and the blind skin. On a scientific and ludic experimental mode, her activity explores limits of couple such as object/subject, reality/virtual, life/dead, female/male... She would like to reconcile terms like « conceptual » or « hermetic » with « imaginary » and « magic ». Or « abstract » and « minimal » with « practice » and « intuitive ».







During her years of study in fine art in Lyon, she will conduct research on The Art of Memory in Antiquity and until the Renaissance, intellectual, philosophical but also useful practice that allows the memorization of informations with the memory of places thanks to a strong capacity for imagination, meditation and mental vision.

This Art of artificial memory will influence her and lead her to conceive artworks as virtual things serving as a portal to a mental space.
Almost like diagrams.

In her thesis entitled Origins of Artificial Memory- The Objects of Orientation, it proposes a rapprochement between the thought of Art of Memory and modern or contemporary thoughts on virtual, potential, concrete, material, spirit...

Based on thought patterns developed by the philosophy and science, she builds an intrinsic logic to the universe she deploys.





...





Like a text on white paper, or a pencil drawing, the sculptures signing on the page of space.
Made from a material that is always the same, from the same media, they're building a text.

Unless an intelligible narrative is more of a system of orientation, made of dotted line, of mark and especially of vacuum, that the spectator follows and that, at the turn of ambiguous signs, interprets and projects his own imagination.

Mostly sculpturs are in a transitional state between alive and object. Between abstraction and organic. They are all potentially "inhabited", working the empathic relationship we have with objects and abstraction.

The human figure, hybridised to the object, seems uncanny and comic, bachelor machine disarticulated.

EMPTY




PROTHESIS




ANIMUS




MEMENTO MORI




MEMORY






MONO NO AWARE




UNCANNY




YOPKI




VIRTUALITY
















Pendant ses années d'études aux Beaux-Arts de Lyon, elle va mener une recherche sur l'Art de la Mémoire à l'Antiquité et jusqu'à la Renaissance, pratique intellectuelle, philosophique mais aussi utile qui permet la mémorisation d’informations grâce à la mémoire des lieux à partir d’une forte capacité d’imagination, de méditation et de vision mentale.

Cet l'Art de la mémoire artificielle va l'influencer et l’ammener à concevoir les œuvres d'art comme des choses virtuelles qui servent de portail vers un espace mental. Un peu à la manière des schémas.

Dans son mémoire de fin d'études intitulé Origine de la Mémoire artificielle – Les Objets de l'Orientation,
elle propose un rapprochement entre la pensée de l'Art de la Mémoire et les pensées moderne et contemporaine sur le virtuel, la potentialité, le concret, la matière, l'esprit...

C'est ainsi qu'à partir de modes de pensées développées par la philosophie et les sciences, elle construit une logique intrinseque à l'univers qu'elle déploit.


...





Comme un texte sur le papier blanc, ou un dessin à main levée au crayon, les sculptures sont un ensemble de signes réunis sur la page de l'espace.
Faites d'une matière toujours semblable, du même média, elles construisent un recit.

Mais moins qu'un recit intelligible il s'agit plutôt d'un système d'orientation, fait de pointillé, de marque et surtout de vide, que le spectateur arpente et qu'au détour de signes ambiguës, interprète et projette son propre imaginaire.

Les œuvres sont pour la plupart dans un état transitoire entre le vivant et l'objet. Entre l'abstraction et l'organique. Elles sont toutes potentiellement « habitées », travaillant la relation empathique que nous avons avec les objets et l'abstraction.

La figure humaine, hybridée à l'objet, prends des airs inquiétants-comiques. La personne hybridée à la machine, machine célibataire désarticulée.